Equipes spécialisées de la protection civile

En plus de la lutte contre les incendies, la désincarcération de personnes coincées dans des véhicules et la distribution de sacs de sable lors d’inondations, la Protection civile et les services d’incendie effectuent d’autres tâches pour lesquelles ils doivent appliquer des techniques particulières et/ou ont besoin de matériel spécifique. Le caractère inhabituel de ces missions requiert l’intervention d’un personnel compétent et spécialement entraîné. Pour effectuer ces tâches spécialisées de manière correcte, on a créé un certain nombre d’équipes spécialisées. Les membres de ces équipes ont suivi des formations complémentaires à leur spécialité et peuvent régulièrement exploiter leurs connaissances lors des exercices et des interventions réelles.

Certaines équipes spécialisées sont composées de personnel des services d’incendie et de la Protection civile, d’autres sont organisées au sein de l’un de ces services de secours.

B-Fast

La composition d’une équipe B-FAST dépend du type d’intervention et donc du type de catastrophe (inondations, pollutions, tremblements de terre, raz-de-marée, etc.). Les membres de l’équipe sont notamment responsables pour la recherche, la localisation et le sauvetage de personnes enfouies sous les décombres suite à des éboulements provoqués par des tremblements de terre, des explosions et des glissements de terrain.

Les modules d’intervention belges qui, dans le cadre de B-Fast, peuvent intervenir à l’étranger sont les suivants:

  • Urban Search And Rescue (USAR), dont des équipes de secours cynophiles
  • High Capacity Pumping (HCP)
  • Advanced Medical Post
  • Field Hospital
  • CBRN Detection and Sampling
  • Emergency Temporary Shelter
  • Water Purification

L’aide belge à l’étranger est coordonnée au niveau européen. A la demande de l’UE, la Belgique envoie alors une équipe B-FAST (Belgian First Aid and Support team). Le SPF Intérieur apporte sa contribution à B-FAST par l’intermédiaire du DICa-DIR, Détachement d'Intervention en cas de Catastrophe à l'étranger. Ce détachement fait partie de la Direction générale Sécurité civile du SPF Intérieur. Les membres de DICa-DIR font toujours partie des services d’incendie ou de la Protection civile.

La Belgique a notamment envoyé une équipe B-FAST lors des catastrophes survenues aux Philippines, à  Haïti, en Roumanie …

Appeler B-Fast

La demande d’aide d’un pays de l’Union européenne touché par une catastrophe parvient via le « Emergency Response & Coordination Centre » (ERCC) de la Commission européenne. L’ERCC collecte et analyse les informations relatives aux catastrophes, assure le monitoring des risques éventuels, prépare le déploiement des experts, des équipes et des moyens, et collabore avec les Etats membres en vue de répertorier les moyens disponibles. L’ERCC transmet à son tour la demande aux Etats membres. Chaque pays peut alors faire une proposition d’assistance qui peut aller de la fourniture d’une aide médicale jusqu’à l’épuration d’eau, en passant par la fourniture d’abris et d’un accueil aux victimes. Le pays qui demande l’aide décide ensuite de l’aide dont il a besoin, en fonction de ses nécessités.

Conseillers substances dangereuses

Lors des incidents incluant des substances dangereuses,  les conseillers substance dangereuses (CSD) fournissent un avis aux commandants et aux responsables politiques en ce qui concerne les matières en cause ainsi que les moyens de lutte éventuels. Ils élaborent un plan d’approche, en veillant aux abords de l’incident et à l‘environnement.

Un post-graduat Conseiller substances dangereuses a été organisé en 2010, 2011 et 2013, avec comme résultat près de 40 nouveaux CSD. Cette formation se composait d’une formation de base étayée scientifiquement au cours de laquelle l’université donnait un cours de chimie adapté aux services d’incendie. Cette première partie était complétée par un volet pratique, donné par des membres des services d’incendie et le centre provincial de formation, qui abordait notamment la sécurisation du transport de substances dangereuses, le calcul de la distance de sécurité à observer lors d’une fuite chimique et la méthode de travail à appliquer lors d’un incendie dans un labo où se trouvent des bactéries ou des virus.
La première “génération” de CSD a suivi la formation aux Pays-Bas.

Appeler les Conseillers substances dangereuses

Dans les provinces où des CSD sont déjà employés et où un service de garde est prévu, ils sont appelés par le biais du CS112/100. Certains corps disposent de leurs propres CSD qu’ils peuvent appeler.
 

Equipes de secours avec chien

Chaque équipe se compose d’un maître-chien et de son chien. Ces équipes peuvent opter pour une spécialisation déterminée ou parfaire leurs connaissances dans les deux spécialisations :

- Les “chiens de sauvetage” recherchent des personnes (vivantes) enfouies sous les décombres après des effondrements ou des tremblements de terre.

- Les “chiens de quête croisée” fouillent, de manière systématique, des régions étendues, sans aucune trace ou odeur de référence. Ces chiens recherchent toute personne qu'ils peuvent trouver.

La Belgique compte plus de 20 équipes de secours cynophiles. Celles-ci sont  membres des services d’incendie ou de la Protection civile et ont réussi l’examen de la/des spécialisation(s) de leur choix, après une formation poussée d’équipe de secours cynophiles. Les maîtres-chiens s’entrainent ensuite 1 à 2 fois par semaine avec leur chien afin de garder à niveau tant leurs propres aptitudes que celles de leur(s) chien(s) sur le plan de la recherche sous les décombres, de l’obéissance, de la dextérité et de l’endurance.

Les équipes de secours cynophiles se réunissent en moyenne 10 fois par an. L’intervention la plus courante en Belgique a été menée lors de l’explosion de gaz survenue à Liège le 27 janvier 2011. A l’époque, deux équipes de secours cynophiles étaient intervenues afin de fouiller les décombres de l’immeuble à appartements, à la recherche de survivants.

Ces équipes sont aussi envoyées régulièrement à l’étranger pour participer à des interventions ou à des exercices internationaux. Lors du tremblement de terre à Haïti, quatre équipes belges de secours cynophiles y ont été envoyées en tant que membres de l’équipe USAR pour rechercher des survivants sous les décombres.

Appeler des équipes de secours cynophiles

Tous les appels et toutes les demandes d’équipes de secours cynophiles ont lieu par le biais des Centres de secours 112/100 (CS112/100) :

  • Pour des interventions en Wallonie et les appels en français en provenance de Bruxelles :
    le CS112/100 appelle l’unité opérationnelle de la Protection civile de Crisnée.
    Numéro de téléphone : 04/257 66 00.
  • Pour les interventions en Flandre et les appels en néerlandais en provenance de Bruxelles :
    le CS112/100 transmet l’appel au service d’incendie de Merelbeke.
    Numéro de téléphone : 09/210 59 80

 

High capacity pumping

Ce module comprend des moyens techniques et est piloté par des collaborateurs fournissant un appui général aux opérations.  Le module peut ainsi être déployé de manière tout à fait autonome (en matière de logement, de nourriture etc.) en-dehors de la Belgique.

Ces modules ‘inondations’ correspondent aux critères européens en terme de capacité (e.a. au moins 1000 m³/h), interopérabilité avec les autres équipes d’intervention européennes – par exemple dans le domaine des raccordements  – disponibilité et autonomie.

IBIS

Ses membres sont formés par l’équipe de DVI (Disaster Victim Identification) de la police fédérale et effectuent des opérations de necrosearch à la demande de celle-ci, ce qui veut dire qu’ils localisent et exhument des victimes de meurtres ou d'homicides qui ont été enterrées ou cachées. Ces interventions se déroulent toujours en collaboration avec de nombreux partenaires, comme la Cellule des personnes disparues de la police fédérale, les maîtres-chiens, les médecins légistes, les praticiens de médecine dentaire, les photographes, les architectes, les assistants sociaux de la Croix-Rouge...

Etant donné que la nature des opérations de recherche est non seulement très difficile psychologiquement, mais que des négligences au cours des opérations de necrosearch peuvent également entraîner la disparition irréversible d’éléments de preuve, il est indispensable de suivre une formation spécialisée pour faire partie de l’équipe IBIS. Les futurs spécialistes IBIS sont initiés, pendant une semaine, à tous les aspects du necrosearch : identification de personnes disparues ou décédées, méthodes de déontologie, techniques d'excavation,... Les fouilles effectuées par l’équipe DVI ont toujours lieu dans le cadre d’une enquête judiciaire. L'importance d'une méthodologie précise est donc toujours soulignée au cours de la formation, car une fouille ne peut jamais être recommencée.

Une fois la zone de recherche délimitée, les agents interviennent avec une grue et des engins d’excavation. Les intervenants portent des vêtements jetables, des masques, des gants qui sont régulièrement renouvelés pour les protéger (manipulation de cadavres) et pour ne pas risquer d'ajouter des traces parasites. Le sol est creusé avec précaution, centimètre par centimètre, sous l’œil vigilant des experts de la DVI. S’en suit une longue opération de tamisage afin de ne laisser filer aucun indice. Outre des excavatrices, on utilise parfois des grues, des pompes, des containers de déblaiement et des caméras thermiques pour la recherche et l’exhumation de personnes décédées.

Chaque intervention se termine par une visite de l’équipe aux psychologues du stress team de la police fédérale. Pouvoir parler de ces opérations de recherche souvent effectuées dans des circonstances cauchemardesques, aide les agents au cours du processus de gestion. L’intervention la plus connue de ces dernières années a été celle menée dans le cadre du dossier Dutroux, mais nos équipes IBIS sont également intervenues après le tsunami de Thaïlande.

Appeler les équipes IBIS

En fonction de la localisation de l’exhumation, la Cellule des personnes disparues de la police fédérale qui centralise ces appels, prend contact avec l’unité opérationnelle de la Protection civile qui est territorialement compétente.

Plongeurs de la Protection civile

En Belgique, plus de 750 personnes plongent pour les services d’incendie ou la Protection civile. Tout comme près de 130 services d’incendie, l’unité opérationnelle de la Protection civile de Crisnée dispose d’une équipe de plongeurs. Alors que les services d’incendie assurent les interventions de plongée urgentes, la Protection civile assure quant à elle les interventions moins urgentes et principalement les interventions de plongée de longue durée.

Les plongeurs de la Protection civile assurent une moyenne de 60 interventions de plongée (ce qui correspond à une moyenne de 4000 heures de travail) par an. Ils sont principalement à la recherche de personnes disparues, de véhicules et d’armes qu’ils remontent à la surface. Ils utilisent du matériel spécialisé, comme un sonar et un sondeur à ultrasons. Ces interventions se font toujours à la demande de la police locale ou fédérale (police maritime, cellule des personnes disparues, la Disaster Victim Identification team) ou de la Justice.

Il s’agit donc souvent de missions de recherche de longue durée dans le cadre d’enquêtes judiciaires, mais parfois nos plongeurs sauvent également des personnes, fournissent une assistance lors d’inondations, prélèvent des échantillons d’eau ou de sédiments et sécurisent des personnes lors des manifestations.

Appeler l’équipe de plongée de la Protection civile

Les interventions de plongée par l’équipe de plongeurs de l’unité opérationnelle de la Protection civile de Crisnée sont toujours organisées via Alain Volon.

Alain Volon
Responsable de l’équipe de plongée de la Protection civile
Tél: 04 257 66 00

Sauvetage par cordes

Ces interventions peuvent avoir lieu dans un environnement naturel, comme sur une paroi rocheuse, dans des ravins, des carrières ou le long de cours d’eau. En outre, les équipes RED peuvent également fournir une assistance dans un environnement urbain lors de l’évacuation de personnes (malades) se trouvant dans un bâtiment ou elles peuvent intervenir sur des bâtiments industriels élevés ou encore sur le toit des églises. Parfois, elles participent également, à la demande de la Cellule des personnes disparues ou de l’équipe DVI (Disaster Victim Identification) de la police fédérale, à la recherche de restes humains dans des lieux difficiles d’accès.

Les membres des équipes RED utilisent des techniques d’escalade basées sur des techniques de sauvetage en montagne et en milieux souterrains, complétées par des années d’expérience pratique. Pour faire partie du GRIMP, il est nécessaire d’être au courant des techniques spécifiques de sécurité en cas de chutes et d’opérations de sauvetage en hauteur. Pour la pratique de cette discipline, les membres de la Protection civile ont suivi des formations en France auprès de corps de formation spécialisés. Les responsables d’équipe retournent tous les cinq ans en France pour y suivre un stage intensif de dix jours et rester ainsi informés de l’évolution des techniques et des nouveaux équipements.

Cette méthode d’intervention requiert du matériel léger et compact. Alliant résistance, souplesse et légèreté, les équipements utilisés par les équipes GRIMP permettent de s’adapter rapidement à toute situation et d’évacuer des personnes en toute sécurité. Après chaque utilisation, le matériel est minutieusement inspecté et régulièrement soumis à des contrôles stricts par des organismes agréés.

Appeler une équipe RED ou GRIMP

A la Protection civile, l’unité opérationnelle de Libramont compte une équipe GRIMP.
Unité opérationnelle de Libramont
Tél: 061 53 14 31

Spéléo

L’équipe de spéléo-secours effectue des interventions en des endroits souterrains difficiles d’accès comme des carrières, des tunnels hors d’usage, des couloirs miniers ou des puits. Ils procurent aide et assistance aux personnes en difficulté dans ce genre d’environnement ou fournissent une assistance lors des interventions souterraines.

Cette équipe a été créée en collaboration avec l’Union Belge de Spéléologie (UBS) et se compose de spéléologues chevronnés ayant suivi une formation adaptée mettant l’accent sur les difficultés particulières lors d’opérations souterraines de sauvetage. Ils peuvent bénéficier du renfort des équipes spécialisées comme les équipes RED, les plongeurs et faire appel à du matériel spécialisé comme des pompes à haut débit.

La Direction générale Sécurité civile organise et coordonne les formations, les exercices et les interventions des équipes de spéléo-secours.

Appeler les équipes de spéléo-secours

Pour toute information relative aux interventions des équipes de spéléo-secours, n’hésitez pas à contacter l’unité opérationnelle de Crisnée.

Unité opérationnelle de Crisnée
Tél: 04/257 66 00

USAR

Ces équipes font notamment appel à des chiens de sauvetage pour fouiller les décombres. Elles disposent en outre de matériel spécialisé pour localiser et dégager les personnes ensevelies sous les décombres, comme par exemple des caméras télescopiques qui peuvent être glissées entre les décombres et des appareils d’écoute pour détecter des sons sous les décombres.

Les équipes USAR sont composées de membres de la Protection civile et des services d’incendie formés à cet effet, et qui sont tenus de suivre la procédure INSARAG External Classification des Nations Unies pour être agréés au niveau international. Lorsqu’une équipe USAR est requise à l’étranger, la Belgique l’envoie sous la forme d’une équipe B-FAST (Belgian First Aid and Support). Cette aide belge à l’étranger est quasiment toujours coordonnée à l’échelon européen et/ou des Nations Unies. 

Les équipes USAR sont composées de membres spécialisés de la Protection civile et des services d’incendie, complétées par du personnel médical  ayant suivi une formation spécifique. Ces personnes sont entraînées à travailler de manière totalement autonome 24/24 heures pendant 10 jours, en rotation de 12 heures et dans des circonstances difficiles (chaleur tropicale, chaos,…). L’équipe USAR B-FAST belge satisfait aux normes et standards des Nations Unies et a obtenu en 2010, après un audit approfondi, le label de qualité INSARAG-certified en tant qu’équipe Medium USAR.

Ainsi, la Belgique a envoyé, par exemple, en 2010 une équipe USAR vers la capitale haïtienne Port-au-Prince, après le terrible tremblement de terre qui a secoué Haïti. Ses membres faisaient partie de l’équipe belge B-FAST. Pendant une semaine, ils ont effectué des recherches afin de retrouver des survivants sous les décombres. Ils ont finalement réussis à libérer trois personnes vivantes ensevelies sous les décombres.

Mobiliser une équipe USAR

Lorsqu’une équipe USAR est requise à l’étranger, la Belgique l’envoie sous la forme d’une équipe B -FAST (Belgian First Aid and Support). Cette aide belge à l’étranger est coordonnée via l’Emergency Response & Coordination Centre (ERCC) de la Commission européenne.

Une équipe USAR doit pouvoir se mobiliser et se déployer à très court terme, étant donné que chaque heure compte lors de la recherche de victimes ensevelies sous les décombres. La DGSC dispose dès lors d’une banque de données performante qui envoie, en cas de demande d’aide, des messages SMS ciblés aux membres USAR. Les membres sont sélectionnés sur la base de leur formation, doivent être en ordre au niveau de leurs vaccinations, des passeports de service et d’autres paramètres.